clara furey 

Creative lab 

20 + 27 + 28 | Mai | May 10:00-11:00

2 + 3 + 4 | Juin | June 10:00-11:00

English Below

DES CHOCS EDIFIANTS : 

Le squelette se définit en rapport à la gravité et à la nature vibratoire du son. 

Les chocs et vibrations qui nous traversent ne nous brisent pas mais nous renforcent. 

Je cherche à construire une pratique bienveillante visant à consolider notre squelette et à renforcer nos liens à l'extérieur, à développer notre écoute empathique à travers la physicalité. 

À la recherche de chocs édifiants et constructifs...

Et...tout simplement un warm up pour le os et l'imagination. 

 

BIOGRAPHIE

Formée toute son enfance en musique au Conservatoire de Paris et plus tard, en danse à l’École de danse contemporaine de Montréal, Clara Furey débute sa pratique artistique par le chant et la composition musicale. Elle poursuit ensuite son parcours artistique, s’oriente vers la danse et fait quelques interprétations au cinéma notamment dans The Forbidden Room de Guy Maddin. Elle commence sa carrière en tant qu’interprète pour de nombreux chorégraphes, dont George Stamos, Damien Jalet et Benoît Lachambre qui aura un impact important sur sa démarche artistique. 

 

Elle se tourne résolument vers la création chorégraphique depuis 2011 et développe une démarche visant à matérialiser l’abstraction des sentiments. Elle construit des pièces axées autour de l’Hyper-éveil des perceptions sensorielles. Elle s’intéresse à la recherche physique et à une gestuelle d’une extrême précision. Aux micro-détails qui forment l’individualité de chacun,  au macro qui nous unis tous, à la transformation constante de l’énergie et à laisser de l’espace au vide communicatif et à l’esprit créatif du spectateur. Elle travaille à ramener la performance chorégraphique dans une proximité sensible et perceptible.

 

Plusieurs projets de collaborations l’ont amené à penser une approche consistant à décloisonner la danse en l’amenant dans des lieux muséaux et en conjuguant arts visuels et chorégraphiques. Clara Furey s’intéresse au dialogue entre les mediums qui créent une œuvre vivante, les invitant à interagir dans une hiérarchie horizontale.

 

Depuis 2017, Clara Furey s’oriente vers la direction artistique et la création chorégraphique de groupe avec Cosmic Love. Dans cette oeuvre, elle travaille avec ses interprètes à développer des représentations intuitives et poétiques de phénomènes physiques à travers un espace scénique épuré dans lequel toute forme de communication devient possible. La même année, elle est invitée par le Musée d’Art Contemporain de Montréal à créer un cycle de 90 performances solo intitulé When Even The dans le cadre de la grande exposition hommage à Léonard Cohen Une brèche en toute chose. La première européenne a eu lieu au MUMOK dans le cadre de l’ImPulsTanz à Vienne.

 

Ses pièces ont tournées dans de nombreux festivals dont La Biennale de Venise, Les Rencontres Chorégraphiques à Paris, le Festival TransAmériques à Montréal, ImPulsTanz à Vienne, Performance Mix à New-York,  et dans divers pays dont la Lituanie, la République Tchèque, la Slovaquie, l’Espagne, la Hollande, la Belgique.

 

Sa dernière création, Rather a Ditch, un solo interprété par Céline Bonnier, a été présentée en première mondiale au Festival TransAmériques au printemps 2019.

 

Elle est artiste associée à la compagnie Par B.L.eux.

 

WEBSITE: www.clarafurey.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENGLISH

 

EDIFYING SHOCKS : 

The skeleton is defined only in relation to gravity and the vibrational nature of sound.  

The shocks we experience do not break us. They make us stronger.

I'm looking at building a nurturing practice that strengthens both our skeleton and our bonds to the outside, a practice that develops our empathetic listening skills through physicality. 

Searching for edifying and constructive shocks...

Also ...just a warm up for the bones and the imagination. 

 

BIOGRAPHY

Initially trained in music, as a child, at the Conservatory of Paris, I began my artistic career through song and composition. After moving to Montréal, and studying and completing the program at the École de danse contemporaine de Montréal, I danced for choreographers such as George Stamos, Damien Jalet, and Benoit Lachambre. Having now become a choreographer, starting with collaborations and now signing the pieces on my own, I’m most interested in exploring the codes that travel in and across various art forms.

I am in a constant dialogue with the other mediums that constitute the work I am making now, and this excites me. This was the case, for example, with my dance When Even The beside one of Marc Quinn’s imposing lead sculptures, the aptly named Coaxial Plank Density where I sought to question the existential void in a ritual dance which examined the porosity between life and death.

My practice in movement gives equal consideration to both space and sound, with the goal of encouraging the awakening of the sensorial perceptions of the audience, giving them emotive immediacy, direct access.

I’m guided by the belief that beauty might appear after a long arduous process. Not beauty that appears out of nowhere, but beauty that is already there, under the layers.

I often work in minimalist set-ups that can foster intimate atmospheres and invite us to take a contemplative posture. I want to leave room for the creative mind of the spectator. Sometimes a deep feeling of emptiness arises in my work or rather an investigation around the concept of emptiness and all the links and dynamics that it is filled with. The void becomes a conveyor of possibilities and allows all form of communication to coexist.

Ultimately – in between the lines of space and sound, I create pieces that are at once literal and abstract in which audiences can assemble their own elements, understand what they need to understand as they see fit. It is in abstract dense poetic fragments and their ability to compress story that I often find inspiration to begin a new work. Moving through improvisations and a constant reconsideration of the most basic gestures, my performances often employ duration and repetition of ritualised movements. I take great care not to take this for granted.  Because these movements always come loaded with a constantly changing mix of both meaning and non-meaning.

I’m interested in what you could call “existential dance experiments” where I can explore states of being, where we can explore mystical interior landscapes and attempt to locate radiance within the enveloping darkness.

My work is porous now – porous in the choreographic offerings I propose, porous in what the performers exude, a porosity I hope can be seen and felt in the energetic exchange between us all.

 

WEBSITE:  www.clarafurey.com